Le Bonze, poème vietnamien de Hô Xuân Huong

Il n'est ni étranger, ni des nôtres.
Un crâne tout ras, des habits non ourlés.
Devant lui, des pains de riz gluant, offrande des fidèles,
Derrière, six, sept dames, des bonzesses effarouchées.
Un coup de cymbale par-çi, un coup de gong par-là,
Et la prière s'étire, se traîne, s'allonge.
A force d'ascèse, peut-être sera-t-il Vénérable,
On le verra dodeliner sur le trône aux lotus.

5 nhận xét:

Bitchy Blonde nói...

j'aime bien leur donner un petit coup de cul quand je passe prés d'eux, pour éprouver leur dévotion! hihi

KHIN ON nói...

Hô Xuân est un grand poète, j'aime ses écrits.

Sentier de Vie nói...

un auteur intéressant, beau poème.

flocon nói...

beau poeme et merci pour ce partage demots et l'invitation que ca nous ore sur ta culture .... plein de kisss et gros kisous a toi ma belle

Douceur et Voluptée nói...

trés beau poème, les auteurs que càm et toi nous présentez sont intéressants.